La force du réseau

Ces 3 entrepreneur·e·s de moins de 30 ans : Partie 1

02 09 2021

Lucile Martin, porteuse du projet La MAGMA

Ils et elles ont moins de 30 ans et ont tous et toutes intégré Alter’Incub l’année dernière. Nous sommes heureux de vous présenter 3 portraits de jeunes entrepreneur·e·s qui ont osé se lancer dans l’aventure de la création d’entreprise dans le domaine de l’innovation sociale !

Pour ce premier portrait, on fait connaissance avec Lucile Martin qui a 28 ans. Elle est coordinatrice et porteuse du projet La MAGMA, nouveau tiers-lieu culturel, artistique et entrepreneurial, situé dans l’ancien quartier industriel d’Annonay, Cance en Ardèche. Après des études en médiation culturelle à Lyon, quelques expériences professionnelles et du bénévolat en lien avec les domaines artistique et culturel, elle revient dans sa ville d’enfance pour monter le projet La MAGMA avec le reste de son équipe-projet.

Pourquoi t’es-tu lancée dans l’entreprenariat ?

C’était très excitant de se lancer, d’essayer de monter un projet de toutes pièces ! De plus, quand il s’agit d’un projet de réinvestissement dans une friche industrielle qui n’est pas n’importe laquelle, mais celle où mon père a travaillé, il y avait donc aussi un attachement au lieu. C’était un peu l’intention de réaliser un rêve d’enfant.

Il y a aussi le constat que le secteur culturel est relativement fermé – avoir un emploi culturel en milieu rural c’est quand même difficile… il y a très peu de places, c’est très saturé, les postes intéressants sont déjà pris. En termes d’embauche c’est un secteur qui est très cloisonné. Donc pourquoi ne pas créer sa propre opportunité ?

Une autre motivation, c’était aussi le fait de monter un projet collectif, de faire un projet avec mes copains et copines sur un territoire sur lequel on a grandi et de faire quelque chose de cohérent avec nos visions politiques et éthiques.

Qu'est-ce qui a motivé la création d'un projet dans le domaine de l’innovation sociale ?

C’est compliqué de répondre parce qu’au départ on n’était pas du tout dans ces termes-là, on ne savait même pas que notre projet entrait dans le cadre de l’Economie sociale et solidaire. Ce sont des notions qui sont venues au fur et au mesure des rencontres avec des professionnels.

Le fait de se retrouver dans ce secteur-là, vient des constats environnementaux, sociaux et politiques que nous avons pu faire individuellement et collectivement. Ils nous ont poussés à vouloir créer quelque chose de plus cohérent, plus vertueux, qui nous parle et nous semble beaucoup plus juste pour notre environnement. On ne conçoit plus les choses de la même manière que nos parents et cela implique des façons de faire complétement nouvelles.

Pourquoi est-il important d’être accompagné par une structure ?

Dans notre cas, certes, il y a des compétences de base, mais en montant un projet comme celui-ci, on s’est vite rendus compte que ça prenait une ampleur qu’on ne maîtrisait pas du tout. Etre accompagné, c’est avoir un cadre, une sûreté et une méthodologie, et ouvrir un peu les yeux sur ce qu’on est en train de faire. On est souvent « plongés » dans le projet, donc on ne le voit pas avec du recul. Etre accompagné, permet également d’avoir une réflexion supplémentaire et accès à des nouveaux outils de construction projet.

Qu’apporte l’incubation chez Alter’Incub à ton équipe-projet ?

Avec Alter’Incub ce que j’ai trouvé assez formidable, c’est justement de comprendre dans quel environnement on se situe, d’avoir un zoom sur ce qu’on fait, avec qui on doit le traiter, avec qui on peut choisir de le faire, comment on le fait… L’accompagnement a ouvert beaucoup de portes !

L'accompagnement d'Alter’Incub donne une certaine légitimité et du crédit. On n’en a pas forcément conscience mais Alter’Incub est une structure phare de l’innovation sociale et de l’ESS, et bénéficier de cet accompagnement, c’est vraiment rentrer dans un réseau. Faire partie de ce réseau, c’est un crédit supplémentaire à ce qu’on fait. On a vraiment notre place dans l’ESS et dans l’innovation sociale !

Suite à cette interview, Lucile nous a raconté en détails le projet La MAGMA. Découvrez-le !

Lucile

Les dernières actualités

Ces 3 entrepreneur·e·s de moins de 30 ans : Partie 2

Rémy Soubirane, porteur du projet Les électrons de Valence Ils et elles ont moins de 30 ans et ont tous et toutes intégré Alter’Incub l’année dernière. Nous sommes heureux de vous présenter 3 portraits de jeunes entrepreneur·e·s qui ont osé se lancer...
Lire plus...
prev
next